by Ronan BERNABÉ

Quand le cloud se dissipe fin février

Nous évoquions récemment les problématiques posées par les dates dès lors qu’elles deviennent un peu anciennes, se heurtant alors à la mise en place des heures d’été / heures d’hiver, voire même à des changements de calendriers pour les plus éloignées.

Il semble que les dates donnent toujours du fil à retordre aux développeurs et aux infrastructures. En cette année bissextile 2012, le ciel Azure de Microsoft s’est brusquement assombrie en cette fin de mois de février.

L’information, largement reprise dans la presse, rappelle les inconvénients de la concentration des données, et ce malgré des services à haute disponibilité.






%d blogueurs aiment cette page :